“En 2016, près d’un français sur deux a effectué ses achats d’habillement en ligne” selon une étude Médiamétrie-Netratings et la Fevad.
Alors que le phénomène de mode alternative retentit de plus en plus, comment les enseignes de mode peuvent rester compétitives sur le marché face à la multiplication de la concurrence sur Internet et aux changements de consommation qui se veulent de plus en plus “anti fast fashion” ?
Dans cet article, nous vous proposons de découvrir comment les marketplaces sont devenues le nouvel eldorado de la mode.

logo sans fond origami marketplace

État des lieux : la place de la mode dans le marché français

 

L’industrie de la mode

“Le marché français du textile et de l’habillement devrait afficher un recul de son chiffre d’affaires compris entre 17% et 25% sur l’année 2020” selon l’IFM.
Ce recul étant justifié par la conjoncture économique actuelle. En effet, selon une enquête de WSN réalisée pendant la crise sanitaire auprès de détaillants et de marques, “les principales difficultés rencontrées sont les problèmes de trésorerie (79%), puis de surstock (62%). De plus, les sondés sont 98% à déclarer avoir des stocks dormants.”

Bien que le marché de la mode en France connaisse certaines difficultés, elles ne sont pas vouées à rester figées puisque des relais de croissance et des marchés de niche se dégagent et apportent inexorablement de la croissance.
Ainsi, les tendances qui se dégagent ces dernières années sont directement liées aux nouveaux modes de consommation. On distingue une certaine attraction pour le marché du luxe, du homewear, du sportswear et de l’occasion en dépit des vêtements des enseignes moyen de gamme.
L’industrie de la mode dans le e-commerce montre un nouveau visage. De moins en moins de personnes se tournent vers le retail physique. C’est alors intéressant pour les marques de s’orienter vers les marketplaces ; celles-ci ayant un rôle croissant dans l’évolution des modèles de distribution.

 

Les types de marketplaces sur le marché de la mode

Au cours des années, les marketplaces ont évolué. Aujourd’hui, dans le secteur de la mode, on distingue 3 types de marketplaces.

B2C : Il s’agit d’une marketplace permettant aux professionnels de mettre à disposition leurs produits et/ou services auprès de particuliers. Au sein du marché de la mode, on peut notamment citer la Redoute. L’enseigne spécialisée dans le prêt-à-porter et la décoration maison était précurseur du catalogue version papier et elle a dû se réinventer afin de répondre aux nouvelles attentes de ses utilisateurs. C’est pourquoi, elle a, depuis peu, créé sa propre place de marché : La Reboucle.

C2C : Il s’agit d’une marketplace de particuliers à particuliers. Dans le secteur de la mode et de la beauté, le C2C est largement touché par l’émergence des marketplaces. On ne peut pas parler de mode, sans évoquer le précurseur des tendances Vinted qui regroupe tout de même plus de 10 000 000 de visiteurs uniques chaque mois.

B2B : Il s’agit d’une marketplace mettant en relation les professionnels. Ainsi, FashionUnited a lancé une Marketplace B2B qui a pour but de fournir aux acheteurs des informations en avant-première sur les tendances et aperçus des collections. Cette marketplace sert à pallier le manque d’informations lié à l’annulation des évènements commerciaux traditionnels.

logo sans fond origami marketplace

Des disparités grandissantes entre enseignes de mode et marques de seconde main

 

Quand les enseignes de mode réinventent l’expérience en ligne

Les grands leaders des Marketplaces tels que Zara, Promod, Pimkie, H&M etc n’ont pas encore investi le secteur de la mode éthique, laissant la voie libre à quelques start-up naissantes qui ont compris les enjeux du nouveau marché de la consommation responsable.
En effet, selon une estimation de Kantar, “plus d’un Français sur quatre (29%) en âge d’acheter, s’est déjà offert au moins un article d’occasion.”

Veja, la célèbre marque de sneakers éco-responsables, semble avoir bien compris les tendances émergentes du marché et les avantages à se positionner aujourd’hui sur le marché de niche du vêtement d’occasion.

Ainsi, la marque de baskets commercialise ses produits sur la marketplace Klow qui travaille uniquement avec des partenaires qui sont porteurs de changement dans l’industrie de la mode en se souciant de l’environnement, supportant la transparence et voulant contribuer à créer des comportements vertueux dans la manière d’acheter.

 

Le e-commerce, dominé par les marketplaces

La pandémie mondiale a impacté bien des secteurs dont celui du digital qui a connu une explosion impressionnante, le e-commerce ayant quasiment doublé dans le secteur de l’habillement puisqu’il est passé de 10 à 20% en 2020.
Selon la Fevad, “51% des produits et services achetés sur le web font partie du secteur de l’habillement.” Le marché de la mode sur Internet est celui qui connaît le plus grand nombre d’acheteurs.

Selon CBCommerce, en 2019, le commerce électronique en Europe a représenté un chiffre d’affaires de 143 milliards d’euros, si l’on exclut la catégorie « Voyage ».
La catégorie qui se distingue dans le paysage du commerce en ligne est celle des marketplaces. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : “elles représentent 84 milliards d’euros, soit 59% du marché du commerce en ligne.”
Toujours selon cette même étude de CBCommerce, “d’ici 2025, les marketplaces représenteront 65% des ventes transfrontalières en ligne en Europe.”

Statista livre le top 5 des e-commerces les plus importants dans la mode en termes de chiffre d’affaires. On retrouve donc respectivement Vente-Privée, Showroomprivé, Zalando, Asos et la Redoute.

logo sans fond origami marketplace

Marketplace mode : quel avenir pour les ventes en ligne ?

L’avenir du secteur de l’habillement

“Les marketplaces représentent 30% du chiffre d’affaires du digital en France, environ 40% en Europe et près de 80% en Chine ! » affirme Martin Gentil, cofondateur de Diatly.

Si l’avenir du secteur de l’habillement repose autant sur les marketplaces c’est parce que ces dernières représentent des avantages qui ne sont pas négligeables :

  • Diversification de l’offre (nouvelles catégories de produits, nouvelles références)
  • Augmentation des visites en physique avec le principe du click & collect
  • Augmentation du trafic en ligne
  • Augmentation du chiffre d’affaires
  • Concurrencer Amazon (Amazon ayant ouvert sa catégorie mode)

Les marketplaces : un fort potentiel pour les marques de seconde main

Selon Kantar, bien que le marché de la mode ne représente qu’une portion infime du marché global de l’occasion (1 milliard d’€), il ne cesse de se développer avec des acteurs – tels que Vinted, le Bon Coin ou Vestiaire Collective – dont le succès ne se dément plus.

Ce secteur du marché de l’habillement d’occasion a prouvé sa résilience et sa capacité à s’adapter aux nouvelles tendances de consommation. Les acteurs conciliant juste prix et conscience environnementale répondent parfaitement aux nouvelles exigences des consommateurs et c’est pour cela que le marché de l’occasion, notamment dans le secteur de la mode, connaît une ascension fulgurante d’année en année.

Pour illustrer nos propos, prenons l’exemple du site Vestiaire Collective qui “a enregistré 120% de commandes en plus durant le premier confinement, et jusqu’à plus de 144% au mois de juin 2020”, d’après le Figaro.
Puis, la start-up française Vestiaire Collective a récemment annoncé une levée de fonds de 178 millions d’euros et est ainsi devenue une nouvelle licorne Made in France.

Lire l’article sur le sujet : Vestiaire Collective : nouvelle licorne marketplace

——

Cette vue d’ensemble sur le marché de l’habillement montre bien que le secteur de la mode est fortement influencé par le modèle marketplace.
Même si le secteur de la mode connaît des difficultés depuis la crise des subprimes (2007), la tendance de fond ne semble pas figée car le marché de la seconde main semble bien décidé à faire bouger les lignes de la mode.

Pour les vendeurs, il permet d’avoir un large catalogue, des frais de port offerts, des photos en quantité suffisante, des délais d’expédition maximisés et plus de temps à allouer aux activités commerciales et marketing puisque l’opérateur de marketplace modère le service client.

 


Sources :
En Europe, le e-commerce est dominé par les marketplaces – FashionUnited

Marketplace : nouvel Eldorado pour toutes les marques ? – FashionUnited

Le marché français de la mode s’est effondré en 2020 mais le luxe se porte bien – FashionUnited

Déstockage : la FFPAF lance sur son site une cartographie des marketplaces européennes – FashionUnited 

Mode FashionUnited lance une Marketplace mondiale B2B pour la mode dans l’objectif d’unir – FashionUnited

 

VOUS SOUHAITEZ LANCER VOTRE MARKETPLACE ?

Une démonstration vaut mieux qu’un long discours. Découvrez les fonctionnalités Origami Marketplace appliquées à votre projet et projetez-vous dans votre future place de marché.