Chaque année, près de 1,5 million de véhicules deviennent hors d’usage en France. Il devient donc important de prendre en compte leur gestion pour remédier aux enjeux environnementaux et sociaux actuels. Aujourd’hui, la directive européenne 2000/53/CE du 18 septembre 2000 relative aux VHU (véhicules hors d’usage) permet d’encadrer cette gestion. Elle fixe notamment des objectifs de réutilisation, de recyclage et de valorisation des déchets.

Dès lors, de nombreuses questions se posent quant au recyclage dans le domaine de l’automobile. Est-ce possible ? Que faut-il faire de ces voitures en fin de vie ? Qui sont les acteurs impliqués dans cette démarche ? Réponse dans cet article.

logo sans fond origami marketplace

Économie circulaire & Automobile : qu’entend-on par recyclage ?

Les notions d’économie circulaire et de recyclage sont primordiales et doivent être prises en compte dans tous les secteurs d’activité. Ces notions permettent aujourd’hui d’éviter tant le gaspillage de ressources naturelles que l’énergie produite – tout cela dans le but de diminuer ses impacts environnementaux. En France, la loi anti gaspillage pour une économie circulaire de février 2020 entend accélérer le changement des modes de production et de consommation. L’objectif, limiter les déchets et préserver les ressources naturelles et l’environnement.

Cela pose notamment de nombreuses questions pour le secteur de l’automobile. Il doit donc revoir sa production et s’emparer de ce changement afin de répondre présent lors de ces changements. En effet, un véhicule hors d’usage (VHU) est principalement composé de métaux et de différents types de plastique. Il comporte également des fluides polluants et des matières organiques non recyclables. Sa prise en charge par un centre agréé est donc primordiale pour permettre de dépolluer, de démonter et de recycler conformément à la réglementation en vigueur.

logo sans fond origami marketplace

Recyclage automobile : vers une filière vertueuse

Le recyclage automobile repose sur 3 enjeux majeurs :

  • L’enjeu écologique

Le premier enjeu, a pour objectifs de préserver les ressources naturelles en matières premières et de contribuer à l’amélioration continue de l’empreinte environnementale des véhicules sur tout son cycle de vie.

  • L’enjeu économique

Le second enjeu quant à lui souhaite développer d’une part la réutilisation des pièces détachées d’occasion et d’autre part, la réutilisation de matières issues des VHU en vue d’une seconde vie dans le secteur automobile.

  • L’enjeu social

Enfin le dernier enjeu repose essentiellement sur le côté humain. Les centres agréés représentent 17 000 emplois directs en plus des milliers d’emplois indirects générés par les activités de broyage et de recyclage des matières. Cela représente donc l’un des enjeux majeurs pour l’automobile dans la création d’emploi.

Toutefois, malgré l’envie de devenir une filière vertueuse, le domaine de l’automobile doit cependant encore pallier quelques difficultés quant à ce changement. En effet, le taux de collecte des voitures et véhicules utilitaires légers n’atteint pas encore aujourd’hui les 100% escomptés. Cela s’explique par le fait que tous les véhicules hors d’usage ne sont pas remis à des professionnels agréés. On estime que si cela avait été le cas, ils seraient en moyenne recyclés à 86,9%, valorisés énergétiquement à 7,9% et éliminés à 5,2%.

logo sans fond origami marketplace

Une implication de tous les acteurs de l’automobile dans l’économie circulaire

On observe qu’autant les start-up que les grands groupes s’impliquent dans cette démarche autour de l’économie circulaire. En effet, plusieurs initiatives prises montrent de façon assez claire que ces acteurs s’intéressent aux alternatives pour un business model plus respectueux de l’environnement et surtout plus propre. Prenons l’exemple du groupe automobile français PSA. En 2017, le groupe avait lancé un concours auprès des start-up de l’économie circulaire, pour permettre au gagnant d’intégrer une pépinière d’entreprises, dont il est partenaire. L’objectif de ce concours est de collecter et fusionner toutes les idées pour recycler, valoriser, réparer et ainsi développer des véhicules neufs écologiques plus propres.

Autre implication des acteurs en France, le projet de transformation de l’usine automobile Renault à Flins dans les Yvelines. Le centre est devenu un centre dédié entièrement à l’économie circulaire. Il s’agit de diversifier l’activité de l’entreprise sur ce site en y intégrant plusieurs activités comme le reconditionnement de pièces détachées, les véhicules d’occasion ou encore le recyclage des batteries en fin de vie. D’autres actions du constructeur ont été mises en place dans le domaine. En effet, en 2020, Renault a mis en exergue une expérimentation pour créer des batteries de seconde vie afin de fournir une énergie plus propre et moins coûteuse dans divers secteurs comme les transports, les logements ou encore les entreprises locales.

logo sans fond origami marketplace

S’il est pour le moment difficile de prévoir quelle solution sera dominante, une chose est sûre : les véhicules prennent désormais de plus en plus en compte les enjeux climatiques et environnementaux actuels. Toutes les étapes de leur cycle de vie sont désormais remises en question, de l’extraction des matières premières, en passant par leur fabrication, leur utilisation et jusqu’à leur « fin de vie ».

Vous l’aurez compris, de nombreuses opportunités de développement sont à prévoir d’ici les prochaines années. Batteries, pneus, plastiques, autant d’axes qui restent à développer afin de recycler, réemployer de façon plus vertueuse.

—–

VOUS SOUHAITEZ LANCER VOTRE MARKETPLACE ?

Une démonstration vaut mieux qu’un long discours. Découvrez les fonctionnalités Origami Marketplace appliquées à votre projet et projetez-vous dans votre future place de marché.