Glossaire

100% Marketplace

Qu'est-ce qu'une marketplace ?

Si le modèle marketplace se démocratise depuis plusieurs années et gagne en clarté et transparence auprès des Français – notamment grâce aux géants Amazon, CDiscount, Airbnb – , il n’en reste pas moins quelques termes ou définition marketplace qui méritent quelques explications.

Marketplace

ou « place de marché » est le nom donné à une solution logicielle (B2B, B2C, C2C,…) fournissant via des tiers (les vendeurs) des biens ou services à des utilisateurs finaux (clients).

Opérateur de marketplace

est gestionnaire de la plateforme marketplace. Intermédiaire de confiance entre les utilisateurs (acheteurs / vendeurs), il peut intervenir lors de litiges afin de trancher et résoudre un SAV.

Back-office

correspond à la partie du logiciel ou site, visible uniquement par l’administrateur du site (opérateur ou vendeur) et qui permet de gérer le contenu, les fonctionnalités.

E-procurement

anglicisme composé du préfixe «e» pour «electronic» et du mot «procurement» qui se traduit communément par «approvisionnement». Il s’agit donc de l’approvisionnement en ligne, dans un contexte B2B exclusivement.

Transformation digitale

ou digitalisation désigne les changements liés à l’intégration de la technologie digitale dans la société humaine et concerne les entreprises souhaitant répondre aux nouveaux usages des utilisateurs et du phygital.

Front-office

Il s’agit de la partie visible de la marketplace : home page, fiche produit, panier, compte client…Le gestionnaire du front-office est garant de l’image d’une marque ou d’une entreprise et sera en contact direct avec les utilisateurs finaux.

logiciel de marketplace avec back-offices

Découvrez l'univers de la place de marché

La marketplace ou place de marché est un service d’intermédiation et désigne toute plateforme mettant en relation des acheteurs (ou consommateur) et des vendeurs tiers sur Internet. La particularité de la marketplace réside en son fonctionnement multi-vendeursà l’opposé d’un site e-commerce – lui permettant de démultiplier son catalogue de produits ou services sans contraintes logistiques ou d’approvisionnement.

Sur une marketplace les vendeurs peuvent être indépendants, professionnels ou particuliers et proposer un catalogue de produits ou services. Une vente réalisée sur une place de marché entraine une opération bancaire complexe (trois acteurs sont concernés : le vendeur, l’acheteur et la marketplace), c’est pourquoi il est indispensable d’utiliser les services d’un prestataire de paiement (PSP) ou d’un établissement de paiement.

Certaines marketplaces sont ce que l’on appelle « pure marketplace », leur stratégie commerciale consiste à ne proposer que des produits/services de vendeurs tiers. D’autres marketplaces choisissent d’intégrer des vendeurs aux côtés de leur propre catalogue et incarnent ainsi le rôle d’un opérateur/vendeur sur la marketplace, c’est le cas d’Amazon ou CDiscount, par exemple. Chaque stratégie de développement est différente, mais chacune a son efficacité propre en fonction du besoin ou du business model de la marketplace.

 

Typologies de marketplace

Chaque marketplace a un fonctionnement, une proposition de valeur, des spécificités ou des fonctionnalités bien particulières, comme nous pouvons le voir ci-dessous :

La marketplace B2B

elle s’adresse à des
professionnels
Amazon Business ou Retif en sont de parfaits exemples.

La marketplace B2C

elle s’adresse à des
professionnels pour des particuliers
Amazon ou CDiscount sont les précurseurs de ce modèle.

La marketplace C2C

elle s’adresse à des
particuliers pour des particuliers.
Favorisant l’économie collaborative, comme Vinted ou Airbnb.

Une marketplace peut être soit horizontale, soit verticale :

La marketplace horizontale

elle regroupe des vendeurs issus
d’un grand nombre de catégories
Ex : Amazon, Auchan, CDiscount

La marketplace verticale

elle regroupe des vendeurs issus
d’un secteur d’activité particulier
Ex : Mano Mano, Vinted

Une marketplace peut proposer une offre de produits, de services ou les deux.

La marketplace de produits

elle concerne une gamme de
produits physiques
Ex : Vêtement de sport, ordinateur, salon de jardin.

La marketplace de services

elle concerne une gamme de
prestation de services
Ex : location de maison, service de jardinage ou formation.

Certaines marketplace répondent à une problématique métier, dont voici deux exemples :

La marketplace e-procurement

elle répond à une problématique de
digitalisation de centrale d’achat
Ex : Un grand groupe souhaite proposer une expérience d’achat optimale à ses acheteurs et fournisseurs.

La marketplace de réseau

elle répond à une problématique de
digitalisation d’un réseau commercial
Ex : un propriétaire de franchise souhaite faire bénéficier à ses franchisés d’un outil pensé pour leur faciliter le quotidien.

Business model

 

Afin de rémunérer l’opérateur et la marketplace, plusieurs modèles existent dont voici trois exemples :

 

❖ L’abonnement : il apportera un revenu lisse et régulier à l’opérateur de la marketplace (peu importe le nombre de commandes).

 Le listing fee ou frais de liste : il sera avantageux pour le vendeur qui n’aura ainsi pas de récurrence de paiement, l’opérateur devra quant à lui jouer avec le volume d’ajout de produits et de services pour atteindre son seuil de rentabilité.

❖ La commission : elle facilitera l’onboarding vendeur, car ce dernier se sentira plus en confiance (pas de vente = pas de prélèvement).

Le fonctionnement d’une marketplace

 

Chaque marketplace est unique, cependant le fonctionnement de la plateforme est généralement le même pour toutes les typologies de projets, qu’il s’agisse d’une marketplace B2B, d’une marketplace B2C ou d’une marketplace C2C, d’une marketplace e-procurement ou de services, certaines fonctionnalités fondamentales sont communes  :

Webinar Origami gérer son catalogue

❖ L’intégration des vendeurs ou onboarding vendeurs : Il s’agit d’un élément indispensable, car sans vendeurs il n’y a tout simplement pas d’offre. Il est donc essentiel de bien intégrer les vendeurs à la marketplace. Ces derniers doivent – par exemple – fournir une liste de pièces justificatives au prestataire de paiement, afin d’éviter la fraude ou le blanchiment d’argent, notamment.

 La gestion des flux : Certains vendeurs utilisent les services d’un gestionnaire de flux pour intégrer un catalogue à la marketplace. De nombreux prestataires existent : Izyflux, Shopping-Feed ou Beezup, pour ne citer qu’eux. Ces outils nécessitent de souscrire un abonnement et génèrent un flux que le vendeur pourra alors intégrer à la marketplace. L’avantage d’utiliser un flux réside en une gestion du stock fiable (surtout si le vendeur est présent sur plusieurs marketplaces en plus de vendre sur son site e-commerce) et les commandes peuvent remonter dans le back-office du site du vendeur et entrer dans son processus d’expédition (utile, s’il dispose d’un ERP).

❖ La catégorisation du catalogue : Une marketplace lucrative est une marketplace bien organisée. La gestion des catégories est un travail qui s’effectue en amont d’un projet de création de marketplace. Bien catégoriser les menus et sous-menus facilite l’intégration du catalogue des vendeurs et permet d’harmoniser la ligne éditoriale de la marketplace.

❖ Les commandes : elles sont le résultat d’une vente ou d’une réservation sur le front-office de la marketplace. Une vente peut être composée de plusieurs articles ou prestations de services et ainsi concerner plusieurs vendeurs. Chaque vendeur reçoit les informations de la commande qui le concerne (référence article, prix, quantité, informations sur l’acheteur,…) afin de pouvoir la traiter.

❖ Les expéditions : elles sont réalisées par les vendeurs – sauf dans le cas de la conciergerie, car la marketplace se charge de la vente et de l’expédition de la commande -, ces derniers pourront changer le statut de la commande et renseigner un numéro de suivi, si besoin.

❖ La notation : chaque article ou vendeur peut faire l’objet d’une notation après une vente. De la même façon, la marketplace peut aussi recevoir une notation qui concernera son utilisation, son ergonomie ou la qualité de son service, par exemple.

—–

Finalement, si la marketplace est un moyen de vendre, elle peut aussi être utilisée comme un outil de digitalisation pour les entreprises. Avec l’avènement de nouveaux modes de consommation, les entreprises doivent s’adapter et penser à la transformation digitale dont la marketplace est la meilleure incarnation.

VOUS SOUHAITEZ LANCER VOTRE MARKETPLACE ?

Une démonstration vaut mieux qu’un long discours. Découvrez les fonctionnalités Origami Marketplace appliquées à votre projet et projetez-vous dans votre future place de marché.